Purins et préparations végétales

La fabrication des purins et des préparations végétales est tout un monde que les jardiniers débutants ne connaissent pas forcément au début, lorsqu’ils commencent la pratique du jardinage. Cette technique est de plus en plus connue, y compris dans les jardins urbains. Dans cet article, vous pourrez découvrir :

  • pourquoi utiliser les purins 
  • comment les utiliser
  • comment les conserver

Les purins : qu’est-ce que c’est ?

Une technique connue et reconnue…

Sur de nombreux forums, vous avez déjà très certainement remarqués que les questions sur les purins et autres préparations à base de plantes ne manquent pas. On y échange les recettes et les méthodes sur la façon de préparer le purin d’ortie notamment (pour les tomates), peut-être l’un des plus connus. En lisant cela, je me suis alors demandé pourquoi on leur accordait autant d’importance. Parce qu’il est difficile de faire son choix parmi tous les purins et les préparations que l’on peut faire, on se débat un peu au début pour comprendre toutes leurs propriétés. Mais, depuis, nous sommes devenus des adeptes des purins et nous les utilisons régulièrement à Madorre.

Mais pas encore généralisée

Le problème que l’on peut trouver, en tant que jardinier bio, est qu‘ils sont souvent difficiles à fabriquer en ville. Vous n’avez peut-être pas tous un espace extérieur suffisant, et si vous l’avez, vous pouvez jeter l’éponge à cause de l’odeur dégagée lors de la préparation. Je ne vais pas vous mentir : même s’ils fonctionnent particulièrement bien au potager, ils ne sentent pas la rose (certains voisins pourraient même se fâcher !). Heureusement, il est aujourd’hui (mais certainement moins économique) de trouver des purins prêts à l’emploi dans les jardineries.

Les purins : pourquoi les utiliser ?

Les purins les plus communs sont ceux à base d’ortie, de prêle, d’ail (action fongicide) et de consoude (revitalisation et fructification). Bref, de là s’en suit une longue liste de plantes qui ont leur renommée. La chose la plus importante à savoir est qu’ils ne sont pas dangereux pour l’homme. Cependant, certaines plantes, très utilisées auparavant, comme le buis ou le lierre grimpant, contiennent des poisons qui peuvent être problématiques lors de l’application. Par conséquent, il est préférable de les oublier (mais donnez-leur quand même une place dans votre jardin car ils le méritent !).

Pour rendre un plant plus fort et bien préparé, il faut le mettre dans un état d’alerte pour qu’il puisse repousser les éventuelles “attaques” qu’il aura à affronter au cours de sa vie. Ce que va apporter un purin ou une préparation végétale, en plus des oligo-éléments, est une information génétique sur ses éventuels ennemis. Surtout, ces purins sont préventifs. Tout, dans l’agriculture biologique, ne devrait-il pas être préventif ?

Purins de consoude

Purin de consoude

Les purins : comment les appliquer ?

Les purins peuvent être appliqués de diverses façons : en arrosage, en pulvérisation ou, dans le cas d’un arbre, en injection. Ce qui importe, c’est que la préparation entre dans la sève, et c’est elle qui aura la charge de répartir tous les principes actifs dans la plante.

Pour moi, la meilleure façon est d’appliquer le purin en arrosage, parce qu’il rentre par la racine et est très bien distribué. Le seul problème est que le purin met plus de temps pour répartir ses effets.

L’hiver n’est pas le bon moment pour collecter les plantes, car il y en a peu, et la plupart sont souterraines. Le mieux est bien sûr de les récolter quand elles possèdent toutes les propriétés que nous recherchons. Cependant, ce n’est pas le cas pour toutes. Par exemple, la prêle, qui est un très bon fongicide, peut être récoltée en décembre, tout simplement parce que, ce qui nous intéresse dans cette plante est le silicium, qui s’est accumulé tout au long de la saison et qui atteint son maximum à cette période de l’année.

Les feuilles sont récoltées, broyées légèrement puis mises dans l’eau, en attendant le début de la fermentation. Il existe 2 types de fermentation :

  • l’anaérobie : fermentation sans la présence d’oxygène
  • l’aérobie : fermentation qui implique de l’oxygène. Le purin doit donc être remué tous les jours pour libérer le dioxyde de carbone qui se dégage de la fermentation et pour permettre l’entrée de l’oxygène dans la préparation. Lorsque vous voyez qu’il ne se forme plus de mousse lorsque vous brassez, cela signifie que les bactéries ont terminé leur travail dans le processus de fermentation. Il suffit donc de le filtrer et de le stocker. La macération doit rester aérobie pour être efficace et ne pas sentir mauvais.
Purins d'ortie

Purin d’ortie

Les purins : la conservation

Le résultat est un ferment, comme la bière ou le vin, qui doit être conservé de la même manière : dans un endroit sombre et à une température stable, plutôt basse. Les purins sont sensibles tout simplement parce qu’ils sont “vivants”. Toutes les bactéries que nous avons “créé” continuent leur processus. Si nous ne l’utilisons pas, il finira par pourrir (fermentation sans oxygène) et perdra tous les bénéfices que nous recherchions (ou une grande partie). A ce moment, vous pourrez l’utiliser seulement comme engrais.

Mais que faire avec une bouteille d’un litre de purin ? Quand expire t-il ?

Cela dépend de la façon dont vous l’avez conservé. Si vous avez bien respecté la technique, vous le saurez par son odeur. La meilleure chose que vous pouvez faire avec une bouteille d’un litre est de la stocker dans un endroit frais (comme le réfrigérateur). Si cela n’est pas possible, gardez le purin dans des contenants aussi petits que possible. Certaines personnes mettent un peu d’huile sur le dessus du purin. Ainsi, elle flotte, empêchant le contact oxygène-purin.

Purins en arrosage

Purin en arrosage

Dans un prochain article, vous découvrirez tous les purins et préparations végétales utiles pour votre potager, tout au long de l’année. 

Reçois 4 ebooks GRATUITEMENT !

9 reflexions sur “Purins et préparations végétales

    1. Julia Auteur de l'article

      Merci Marie ! En effet, le purin d’ortie est le plus connu d’entre eux mais il existe une multitude d’autres plantes pouvant être utilisées comme tel et qui mériteraient un article entier 😉 Les plantes au service des plantes, n’est ce pas beau ?

      À bientôt !

  1. jadin

    Bonsoir Julia.
    Voila déjà quelques années que j’utilise les purins d’orties, consoude et prêle que j’associe avec du savon noir comme mouillant et insecticide et le résultat n’est pas trop mauvais.
    Cette année j’ai essayé la préparation avec le bicarbonate de soude pour mes pommes de terre cela marche mais sur les tomates un peu mois, il faut dire aussi que je veux occuper un maximum e place dans les serres et cela il ne faut pas faire cette fois c’est bien promis pour l’année prochaine de l’espace entre tomates, aubergines et poivrons.
    Bien jardinalement. André.

    1. Julia Auteur de l'article

      Bonjour André,

      Merci pour votre retour d’expérience avec les purins 🙂 J’imagine que vous utilisez le bicarbonate de soude sur les tomates et les pommes de terre comme préventif/curatif au mildiou ? Il paraît que l’infusion de sauge marche plutôt bien également…

      A très bientôt !

      1. Jadin

        Bonjour Julia.
        Je ne connais pas l’infusion de sauge, c’est la première fois que j’en entend parler.
        Pourrais tu me donner les proportions, j’ai de la sauge à ne savoir qu’en faire. Bien gentil.
        Bien jardinalement.
        André.

        1. Julia Auteur de l'article

          Bonjour André,

          C’est une technique que Sophie utilise sur ses plants de tomates (et Dieu sait qu’elle en a !). Voici la recette : À raison de 150 g de sommités fleuries (de préférence), sinon 200 g de feuilles (ça marche aussi) pour 10l d’eau.
          Porter à ébullition, mettre la sauge hors du feu et laisser refroidir.
          Filtrer et pulvériser pure.
          À reconduire régulièrement dès apparition de nouvelles attaques.

          A bientôt 😉

  2. Farida

    bonjour,
    j’ai préparer du purin d’ortie. Il est mûr mais il pleut très régulièrement. On me déconseille d ‘arroser les plants avant la pluie. Qu’en est-il réellement ?

    1. Julia Auteur de l'article

      Bonjour Farida,
      Si vous souhaitiez pulvériser du purin d’ortie sur vos plants, la pluie risque en effet de limiter l’efficacité du purin. Mieux vaut donc attendre le retour d’un peu de soleil (toujours traiter en soirée). Par contre, s’il s’agit d’un arrosage au pied avant la pluie, celle-ci n’aura pas d’incidence 🙂

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge