Les fertilisants naturels

Les fertilisants naturels sont une notion basique et essentielle que nous devons connaître si nous voulons cultiver un potager écologique, biologique ou organique. Avant de lister les différents fertilisants naturels, il convient déjà de savoir ce que l’on attend par ce terme, qui pourrait sembler ambiguë.

I. Petit rappel

Lorsque nous parlons des divers types de compost, dont la composition peut être d’origines diverses, le règlement communautaire annonce clairement les matières premières autorisées et les différents processus distincts d’élaboration. Les Matières Fertilisantes sont définies en France par la loi n° 79-595 du 13 juillet 1979 : « les matières fertilisantes comprennent les engrais, les amendements et, d’une manière générale, tous les produits dont l’emploi est destiné à assurer ou à améliorer la nutrition des végétaux ainsi que les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols. » Ainsi, le fumier de n’importe quel animal est en principe un produit naturel. Cependant, le fumier ou les déjections organiques provenant d’un élevage extensif peuvent être utilisées sans être compostées, celles provenant d’un élevage intensif doivent être compostées et, enfin, celles provenant d’un élevage hors-sol ne peuvent pas être utilisées. Les déchets verts, les restes de tailles de végétaux, de tonte… qui ne sont pas contaminés par des substances nocives (comme des métaux lourds) donne un résultat et un produit de qualité, dénué de polluants. Ainsi, les fertilisants naturels que vous utilisez dans votre potager biologique sont synonymes de sécurité.

II. Des avantages et des inconvénients

Il existe une série d’avantages et d’inconvénients à utiliser un amendement d’origine animal. Si vous possédez des animaux (vaches, chevaux… ou de basse-cours), le fumier est un sous-produit que vous pouvez et devez utiliser. Bien que certains fumiers soient très riches en azote comme celui des gallinacées, l’excès de sels comme le sodium et le chlore peut être un handicap.

Apporter de l’azote à nos plantes est vital pour ces dernières. Vous pouvez le faire en utilisant du fumier composté, de la farine de plumes et de sang, mais surtout, en semant des engrais verts puis :

  • soit les faucher et les incorporer dans le compost
  • soit les faucher et les incorporer directement dans le sol

Thésée-la-Romaine (Loir-et-Cher)

III. L’importance de la matière organique

Un sol est fertile s’il dispose de quantités importantes de matière organique. Pourquoi ? Parce que c’est le combustible vital pour les micro-organismes qui vivent dans le sol, la plus grande communauté vivante de la planète.

À la différence de ce que l’on peut penser, les plantes ne peuvent pas vivre sans cette flore spécialisée qui est chargée de mettre à leur disposition tous les différents éléments minéraux dont elles ont besoin (azote, phosphore, potassium, soufre, calcium, etc..), en plus d’être aussi les fabricants de substances importantes comme des antibiotiques, des vitamines et différents types d’acides organiques. En définitive, la matière organique est la clé de la nutrition, et les mycorhizes en sont un exemple.

Compost Pictograph

De plus, la matière organique permet de retenir l’eau et les nutriments dans le sol en se comportant comme un réservoir qu’elle approvisionnera au cours des différentes cultures. Elle améliore la structure du sol, en permettant la circulation équilibrée d’air et d’eau, fondamentale pour le fonctionnement efficace des racines. 

IV. L’origine des fertilisants naturels

Au sein des différents fertilisants naturels, il faut distinguer ceux d’origine organique et ceux d’origine minérale. 

  • Les engrais naturels d’origine organique : traditionnellement, le fumier est l’engrais organique par excellence. Mais, dans des temps plus anciens, certains ordres, comme celui des Templiers, n’utilisaient pas de fumier mais uniquement du compost. D’une manière générale, le fumier ne devait pas être directement incorporé dans la terre, mais uniquement après son compostage. C’est le fameux compost dit “de broussailles” ou des templiers ! Le compost est le résultat d’une série de processus et de phénomènes (fermentation, oxygénation, pasteurisation, enrichissement de la flore microbienne, etc..) dont il ressort un nouveau produit éloigné de la matière première de base, exempt de virus et d’agents pathogènes. Vous pouvez composter du fumier tout seul ou lui additionner des restes de végétaux comme de la paille, des herbes, des feuilles sèches et fraîches, etc.. Ou même un compost d’origine végétale exclusivement.
    Parfois, le compost s’enrichit avec des matières d’origine minérale, comme des phosphates naturels, des argiles, des sels de potassium et de magnésium, etc.. De là, surgissent les engrais organo-minérauxAu sein des engrais naturels, nous avons aussi la tourbe bien qu’elle soit beaucoup plus utilisée comme substrat de base pour les boutures, les plantes et fleurs en pots, les plants d’arbres et d’arbustes, etc.. Enfin, le lombricompost est un compost d’une grande qualité qui requiert l’humus des vers de terre et qui est élaboré par les excrétions de ces derniers durant un processus délicat.

WTJ compost 28 May 2009 3

  • Les engrais naturels d’origine minérale : la kiesérite, les roches dolomitiques, les phosphates naturels, le carbonate calcique d’origine naturelle, la kaïnite et la silvinite, l’attapulgite, le patenkali, le kaolin, etc.. peuvent être la matière première pour l’élaboration d’engrais liquides.

poudre-de-roche-engrais

Un dernier petit mot sur le concours-photo « Vos légumes insolites » : j’ai déjà reçu de bien jolies photos pour le concours ! J’attends la vôtre ! Envoyez votre photo à potagermadorre@gmail.com ou via Facebook jusqu’au 27 août 2015 ! 😉

Reçois 4 ebooks GRATUITEMENT !

10 reflexions sur “Les fertilisants naturels

  1. Yannick Hirel

    Salut Julia,

    Super article 🙂 Dans un potager bio, c’est vraiment l’un des piliers de la réussite !!! Plus on prends soin du sol et plus on est capable de le rendre fertile mais surtout d’entretenir cette fertilité et plus les plantes seront fortes, résistantes et donc moins sensibles au maladies, aux attaques de nuisibles …

    C’est un peu comme nous les hommes, si on manque de vitamines, de nutriments … on tombera beaucoup plus facilement malade que si nous avons tous ce que notre organisme a besoin. Pour les plantes c’est pareil !

    merci pour ton partage et à très bientôt
    Amitiés
    Yannick Hirel
    Yannick Hirel Articles récents…Les vertues des plantes sauvagesMy Profile

    1. Julia Auteur de l'article

      Salut Yannick,

      Merci beaucoup 🙂 Tu as entièrement raison ! Les hommes et les plantes, c’est un peu (beaucoup ?) la même chose en fait ahah 😉

      A très vite,
      Amitiés,

  2. espigarez

    merci pour cet article qui explique bien , perso j ai le fumier de deux chevaux , poules (j ai brûler )avant de savoir m en servir et puis lapins
    le problème les taupes car avec le fumier des vers et autres

    amitiés bon weekend

    1. Julia Auteur de l'article

      Merci beaucoup 🙂 Ce n’était pas un sujet très simple donc je suis contente que l’article reste compréhensible ahah 😉

      Le fumier de poules semble effectivement très efficace mais très “fort” aussi !

      A bientôt et bon weekend !

  3. Raymond

    Bonjour

    Très bon article , merci.
    Perso je mets du compost maison dans mon jardin au printemps. Il est fait de déchets ménager feuilles et mauvais herbes. Je ne sais si il est bon mais j’ai attrapé beaucoup de rampants dont je n’arrive pas à me défaire. Comme déjà signalé je sème des engrais verts.
    J’ai déjà semé féveroles + vesce + seigle dur une planche non cultivée et qui recevra les tomates en 2016. Sur une planche cultivée en légume feuille et qui recevra les pdt en 2016, j’ai semé du trèfle incarnat + vesce + féverole.
    Que dois je semé sur une planche qui a reçu des pdt en 2015 et sera réservée pour les bulbes en 2016 ?
    Que dois je semé sur une planche en légumes feuilles en 2015 et sera réservée pour les légumes racines en 2016 ?
    Merci pour vos réponses et à bientôt.

    Raymond

    1. Julia Auteur de l'article

      Bonjour Raymond,

      Les rampants vous causent-ils des problèmes particuliers au potager ? Pour une planche qui a reçu des pommes de terre en 2015 et qui sera réservée pour les bulbes en 2016, vous pouvez semer de la phacélie.
      Pour une planche en légumes feuilles en 2015 et qui sera réservée pour les légumes racines en 2016, vous pouvez semer du seigle + trèfle rouge + mélilot en automne.

      A très bientôt ! 🙂

  4. Raymond

    Bonsoir

    Disons que les rampants empêchent les fines semences de lever et que je dois souvent les enlevés sans beaucoup de succès . J’en avais pas auparavant et j’ai cela depuis que je mets des tondes d’herbes. Je ne peut dire s’il y en avait dedans. Peut-être aussi que mon compost n’est pas bon. En effet je mets tout dedans : feuilles; fleurs, déchets ménagers et nettoyage de mes planches.
    Bonne continuation.
    Amitiés
    Raymond

    1. Julia Auteur de l'article

      Bonjour Raymond,

      D’accord, je ne savais pas que les rampants pouvaient empêcher les fines semences de lever… 🙂

      Merci pour ces précisions et bonne continuation !

      Julia.

  5. Arnaud

    Un grand MERCIi pour vos précieux conseils , , ainci que pour votre énergie au service des perssones comme moi qui essaie d améliorer le Monde a leur manière ! Ne changer rien !jardinandrearnaudradin…..fb..

    1. Julia Auteur de l'article

      Bonjour Arnaud,

      Merci beaucoup pour votre enthousiasme et vos encouragements 🙂 Je suis heureuse d’avoir pu vous apporter quelques conseils !

      A bientôt 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge