4 techniques pour rendre votre potager (presque) autonome

Avoir un potager sain, diversifié et productif tout en limitant son travail ne peut être qu’une bonne chose pour tout jardinier. Faire en sorte que son potager soit un lieu de production et de vie est le but final recherché lorsque l’on débute un potager biologique. Mais comment y parvenir ? Dans cet article, je vous donne 4 techniques pour rendre votre potager (presque) autonome ! 

 

A la fin de l’article, je vous offre gratuitement votre carnet de culture spécial légumes perpétuels !

#1 Paillez vos plants pour limiter les arrosages

 

Si vous n’êtes pas certain de pouvoir venir arroser vos légumes plusieurs fois par semaine ou si vous souhaitez tout simplement ne pas passer trop de temps à arroser, il va donc falloir que vous trouviez un moyen de faire tenir vos plants pendant un certain temps pour éviter de les retrouver déshydratés.La technique la plus connue des jardiniers est celle de pailler vos plants de légumes afin de garder le plus d’humidité possible. Le paillage de vos plants se fera avant les grandes chaleurs estivales. Une fois votre terrain préparé, votre paillage divisera par 2 le volume d’eau en arrosage. En plus de garder l’eau, il protégera votre sol et limitera l’enherbement.

Paillage sur fèves

Paillage sur plants de courgettes

Vous pouvez par exemple utiliser un paillage de feuilles mortes qui se décompose lentement et qui va rester toute la saison voire même jusqu’à la saison prochaine, sans renouvellement. Vous pouvez également utiliser des paillages qui se décomposent plus rapidement tel que la tonte de gazon ou la paille, qui sera plus facile à enlever. Cette technique s’appliquera parfaitement à vos plants de pommes de terre et permettra de limiter les arrosages aériens sur les feuilles des plants (tenant ainsi éloigné le plus longtemps possible le mildiou).

On estime que le paillage réduit de 80% le temps de désherbage, ce qui vous donnera le temps de regarder gambader les coccinelles !

#2 Choisissez vos légumes

Certains légumes pourront davantage être cultivés et s’épanouir dans un environnement “hostile” que d’autres. Je vous conseillerai donc de privilégier la culture des pommes de terre, des poireaux, des haricots à rames et haricots secs, des oignons et échalotes, des légumes perpétuels et des plantes aromatiques.

Si vous souhaitez toutefois essayer de planter des légumes qui nécessitent, normalement, un entretien et un arrosage plusieurs fois par semaine, voici quelques conseils à appliquer :

  • procédez juste à un arrosage lors de votre passage, le paillis faisant le reste par la rétention d’eau
  • semer des légumes qui éclairciront naturellement vos rangées (par exemple, semez des radis et des salades qui éclairciront naturellement les carottes par la récolte des radis et des pieds de salades à repiquer).
A la fin de l’article, je vous offre gratuitement votre carnet de culture spécial légumes perpétuels !

Pommes de terre Vitelotte

Potirons et courges

#3 Cultivez des fleurs comestibles

 

Les fleurs potagères apportent de la gaieté et de la couleur dans nos plats mais elles peuvent aussi se consommer. Voici une petit rétrospective de ces petites fleurs qui donnent une nouvelle palette de saveurs dans votre assiette :

– la capucine a un petit goût sucré d’abord et piquant par la suite
– la bourrache : c’est la fleur bleue que nous allons consommer
– la ciboulette : si on a pour habitude de manger les feuilles de ciboulette, les fleurs se mangent également : elles sont délicieuses !
– l’onagre est une plante un peu étalée à fleurs jaunes. Elle était utilisée au Moyen-Âge pour ses racines car elle avait un goût de salsifis. Pour vos salades, vous allez pouvoir utiliser la fleur
– le rosier blanc : on peut utiliser les pétales pour les salades ou les fruits pour faire de la confiture (Rosa rugosa)
– le bégonia : la fleur peut se consommer en salade (goût acidulé et piquant). On peut faire cuire le bégonia à la vapeur et le rajouter à la ratatouille par exemple (le pauvre !)
– la lavande : la fleur fraîche s’utilise en salade ou en confiserie. Elle parfume aussi vos crèmes brûlées et sorbets
– l’agastache mexicaine : vous pouvez manger les fleurs en salade ou faire un apéritif au bon goût anisé
– le soucis : les pétales de soucis donneront un petit goût orange poivrée

Une fleur de capucine

La fameuse fleur de bourrache

#4 Échangez vos graines

 

Échanger vos graines peut être une méthode très intéressante si vous voulez éviter d’acheter des sachets de graines tous les ans que vous n’utiliserez qu’à moitié au cours de la saison.Il existe une multitude et une variété inestimable de graines ! Certaines ont nos faveurs plus que d’autres et arrive donc le moment de la sélection. Ainsi, pour faire ou mettre à jour votre liste de graines disponibles et de graines que vous souhaiteriez, commencez d’abord par faire l’inventaire de toutes celles dont vous disposez (non hybrides ! Préférez-y largement les variétés anciennes à préserver !) et dont vous connaissez les informations importantes : variété, provenance, date de récolte au minimum. Classez-les ensuite par grande famille : cucurbitacées, tomates, concombres, aubergines, fleurs, aromatiques…

Lorsque votre liste est complète, faîtes appel à votre mémoire : parmi les variétés de tomates, lesquelles je désire garder au potager pour l’année prochaine et celles dont je ne continuerai pas la culture (pour des raisons de goût, de production…) ? Ensuite, en fonction de ces dernières ainsi que de vos quantités de graines, vous pourrez très vite établir une liste de celles que vous pourrez proposer à l’échange.

Sachez qu’il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de graines pour commencer les échanges mais tout le monde à forcément un petit sachet dans le grainetier. Et surtout, prenez votre temps : les échanges débutant généralement vers la mi-octobre, vous avez donc tout l’hiver devant vous !

Graines de haricots beurres

Des futures graines de poireau

Cet article participe à l’événement inter-blogs “Un potager autonome” organisé par le blog de ​Madorre, mon potager biologique. Pour découvrir ce qu’ont écrit les autres blogueurs, cliquez sur ce lien : Voir la liste des articles des autres participants

Reçois 4 ebooks GRATUITEMENT !

2 reflexions sur “4 techniques pour rendre votre potager (presque) autonome

    1. Julia Auteur de l'article

      Coucou Aurélie,
      Merci beaucoup ! J’espère que tout se passe bien pour toi et le petit bout de chou 😉 Tu ne dois pas avoir beaucoup de temps pour jardiner je pense…
      A très bientôt,
      Bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge