Des auxiliaires dans mon jardin : les attirer, les loger, les nourrir !

Blaise Leclerc, agronome, et Gilles Leblais, ornithologue et photographe, nous apprennent et nous donnent toutes les techniques pour attirer, loger et nourrir nos amis auxiliaires, qu’ils soient dans le sol, dans le compost, en surface ou dans les airs. 

En guise d’apéritif…
Blaise Leclerc, agronome, et Gilles Leblais, ornithologue et photographe, sont deux experts de la vie des auxiliaires. À travers leur livre “Des auxiliaires dans mon jardin” des Éditions Terre Vivante (très connue n’est-ce pas ?), ils nous apprennent et nous donnent toutes les techniques pour attirer, loger et nourrir nos amis auxiliaires qu’ils soient dans le sol, dans le compost, en surface ou dans les airs.

 

L’entrée : la quatrième de couverture

“Le jardinier a de nombreux alliés et quelques ennemis… Encore faut-il les identifier ! Ce livre dresse la liste illustrée de la faune du jardin. Vous pourrez ainsi attirer, loger et nourrir les auxiliaires grâce aux conseils. Faites de votre jardin un lieu plein de vie !”


Le plat : une lecture pas à pas…

Dans votre compost, dans celui que vous possédez au fond de votre jardin, combien pensez-vous qu’il puisse exister d’auxiliaires ? Et bien sachez que, en une année, 12 400 diptères appartenant à 100 espèces et 45 familles ont été “capturés”, ainsi que 1800 coléoptères appartenant à 14 familles différentes ! Nous ne sommes pas seuls dans notre jardin !
Quelle est donc l’importance et l’utilité de toute cette biodiversité dans notre potager ? Pourquoi est-il si indispensable d’accueillir ces auxiliaires ? Avant de répondre à ces questions, il convient de mieux les connaître et de les identifier.


 

Nous connaissons tous ces fameux pucerons qui se régalent des jeunes pousses de nos fèves, ces limaces et escargots fous de nos salades ou encore ces chenilles et papillons qui trouvent gîte et couvert sur nos choux. Ils sont le maillon d’un équilibre et d’une chaîne écologique très fragile. Les insectes, par exemple, regroupent 90% des espèces animales sur Terre ! Vous comprenez aisément pourquoi il est important de ne pas briser cette chaîne…
À travers ce livre, j’ai, entre autre, pu découvrir des informations et anecdotes très sympas que je partage avec vous :

 

“La testacelle, une limace carnassière. En effet, contrairement à ces cousines végétariennes, celle-ci est carnassière et s’attaque de temps en temps aux limaces herbivores”
“Vous connaissez la génération spontanée ? Elle existe avec les pucerons : pas besoin de mâle pour les premières générations de printemps. Les femelles donnent naissance directement à d’autres femelles, sans fécondation, et chaque nouvelle femelle est capable de pondre à nouveau au bout de dix jours ! En moins de quatre mois, c’est une dizaine de générations de femelles qui peuvent se succéder”

 

Je comprends mieux maintenant comment ils font pour être aussi nombreux ! Mais bon, je leur pardonne volontiers…
A Madorre, nous nous inquiétons de la forte présence des fameux gendarmes (pyrrhocoris apterus) dans nos jasmins. Soulagement à la lecture de ce livre :

 

“Le gendarme se contente de résidus végétaux tombés au sol et, à l’occasion, ne délaisse pas un cadavre frais d’insecte. Laissez donc les gendarmes en paix !”

 

De même, saviez-vous que le ver luisant était un prédateur des limaces ?Bref, vous l’avez compris, vous irez de découverte en découverte en achetant ce livre. 
On distingue généralement les auxiliaires de protection et les auxiliaires de nettoyage : les premiers agissent en évitant l’explosion démographique d’un ravageur ; les seconds interviennent lorsque les premiers sont inefficaces, les ravageurs étant trop nombreux. Les 2 types d’auxiliaires sont complémentaires. 
Les auteurs se sont attachés à diviser les auxiliaires selon leur activité : ravageur, décomposeur, prédateur ou pollinisateur, “pour repérer rapidement à qui vous avez affaire”. De plus, pour chacun d’entre eux, vous découvrirez leur carte d’identité dans l’encart “Qui sont-ils ?”, comment les favoriser dans votre jardin et, enfin, les pièges et barrières pour limiter leurs dégâts si la seule présence de prédateurs ne suffit pas à protéger efficacement vos légumes.
Mais il convient de parler également d’une autre microflore du sol à ne pas oublier : les champignons. Ils sont la plus importance biomasse de la microflore du sol, jusqu’à 3,5 tonnes par hectare ! Ainsi, dans un sol fertile, on estime à 10 000 km/m2 la longueur de ces filaments !

 

Le dessert : mon avis…


Bon, vous l’aurez compris, ce livre est une mine d’informations pour le jardinier qui souhaite en savoir plus sur le monde des auxiliaires.
Je retiendrai 3 grands points positifs de ce livre :
– se “lancer” dans la vie trépidante de nos amis auxiliaires ne se fait pas sans certaines connaissances du monde vivant. C’est pourquoi j’ai beaucoup apprécié l’aide du glossaire à la fin de l’ouvrage pour m’informer sur la bioturbation ou encore sur la lignine : ouf !
– comme je l’ai dis au début de l’article, Gilles Leblais est ornithologue, certes, mais aussi photographe. Je comprends mieux pourquoi les photos de ce livre sont superbes ! Surtout que, dans le monde vivant, prendre des libellules, oiseaux, sphynx ou papillons… en photo n’est pas chose aisée
– enfin, j’ai lu ce livre comme un manuel pratique. En effet, les auteurs vous donnent toutes les clés pour nourrir et loger nos amis auxiliaires : des tableaux (étalement des floraisons sur l’année pour choisir les arbres et arbustes qui nourriront les auxiliaires à chaque saison…), des plans (pour confectionner des abris à hermine ou à belette ou encore des nichoirs à oiseaux ou à chauve-souris)…
Pour terminer en beauté, une anecdote que j’ai particulièrement aimée. Saviez-vous que les vers de terre pèsent vingt fois plus que nous : 
” Avec, en France, une densité de population moyenne de 100 habitants au kilomètre carré, soit 1 habitant par hectare, la masse de chaire humaine par hectare est d’environ 50 kilos, contre 1 tonne pour celle des vers de terre : par unité de surface, nous pesons vingt fois moins que les vers de terre !”

Vous en reprendrez bien un peu ?

Des auxiliaires dans mon jardin ! Les attirer, les loger, les nourrir, Blaise Leclerc et Gilles Leblais, Editions Terre Vivante, 2015, 14€ ou feuilletez quelques pages
Je vous recommande aussi…

NE PARTEZ PAS LES MAINS VIDES !

Pour vous remercier de votre visite, je vous offre 4 contenus que vous ne trouverez pas sur le blog :
1° Enrichir sa terre pendant l’hiver : comment s’y prendre pour enrichir le sol ?
2° La gestion de l’eau au jardin bio : 7 méthodes utiles pour économiser l’eau d’arrosage
3° Je veux un potager, mais lequel choisir ? : pour se lancer dans l’aventure du potager
4° 17 astuces de blogueurs pour votre potager : un maximum d’astuces, d’idées et de petits trucs

Entrez simplement votre prénom et votre mail pour que je vous envoie les articles privés :
Votre prénom
Votre adresse email

 

Zéro spam, 100% confidentiel, et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 

Reçois 4 ebooks GRATUITEMENT !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge