7 outils indispensables au potager pour bien s’équiper

Au jardin, chaque activité nécessite de posséder le bon outil pour effectuer le bon geste. Mais, ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Voici le kit d’outils indispensables pour débuter sereinement son aménagement et vous transformer en parfait petit jardinier !

#1 Choisir vos outils de jardinLa bêche

La bêche est un élément indispensable dans la préparation du sol. C’est un outil de base qui permet de retourner la terre, découper les bordures, creuser les trous de plantation et les combler, aérer le sol et ainsi limiter l’apparition des “mauvaises” herbes.Choisissez une bêche pas trop lourde et facile à manier car vous constaterez, qu’en cas de terre lourde et collante, cela nécessite un peu de force.
Optez pour une bêche avec un petit rebord, bien pratique lorsque l’on a besoin de s’aider d’un pied pour la faire pénétrer dans le sol.

 

La fourche-bêche

La fourche-bêche comporte 4 dents et sera l’outil indispensable en cas de sol caillouteux ou dur. Elle sera plus facile à enfoncer et vous permettra de pratiquer des labours superficiels dans certains massifs sans abîmer les plantations et racines alentours. Elle peut être également utilisée pour préparer un terrain, surtout si la terre est argileuse. Elle permet d’émietter les mottes de terre, d’éliminer les gros cailloux et les racines des “mauvaises” herbes.

La pelle

La pelle vous sera utile pour modeler le sol et déplacer la terre. Un bon outil complémentaire pour préparer le sol (et peut-être même utile cet hiver en cas de fortes chutes de neige !).
Prévoyez également une brouette pour transporter les produits lourds et volumineux (les sacs de terreau, les végétaux de grande taille, les déchets verts, comme les feuilles mortes, et même vos outils).

 

Le râteau

Le râteau est un outil multifonctions. A dents courbes, il vous permettra de réaliser de nombreux travaux comme égaliser la terre mais aussi ramasser et éliminer les petits cailloux et débris végétaux, briser les mottes après bêchage ou affiner la terre. A dents droites, il vous servira, après le semis, à recouvrir les graines et tasser légèrement la terre avec son plat pour que les graines adhérent bien au sol. Il sera parfait pour ratisser et épandre la terre en tirant et en poussant.

 

La griffe

La griffe est tout le temps nécessaire notamment pour les petites surfaces et les sols meubles. Son but est d’aérer et d’ameublir la surface du sol et ainsi faciliter la pénétration de l’eau. Désherbez entre et autour des cultures sans abîmer les racines des végétaux déjà implantés.

 

Le sécateur

Le sécateur est l’outil indispensable pour la taille des rosiers, des arbustes et autres petits branchages. Il est à choisir en fonction de votre type d’utilisation et doit être de bonne qualité afin de ne pas endommager les plantes. Il est important de le désinfecter à l’alcool entre chaque utilisation.

 

Aménager son jardin, c’est aussi l’entretenir et les plantes ont un besoin vital : l’eau. A ne pas oublier donc un arrosoir léger, munit d’une pomme ou bien un tuyau ou un enrouleur (à déterminer en fonction de la surface à couvrir). Et pourquoi ne pas songer à implanter un système d’arrosage goutte-à-goutte ?

 

Le bac à compost pour composter : une activité simple et efficace qui permet non seulement de réduire la production d’ordures ménagères mais aussi de recycler les déchets verts du jardin pour obtenir un fertilisant d’origine végétale et naturelle. Vous aurez ainsi à porter de main de quoi nourrir efficacement vos plantations.

La grelinette

La grelinette est l’outil idéal pour aérer le sol sans perturber la vie microscopique et microbienne si complexe. Elle porte le joli nom de son inventeur : M. Grelin. Elle est munie de plusieurs dents très tranchantes qui mordent efficacement le sol. Ses 2 manches permettent de faire levier et ne demandent aucune force physique. C’est un outil de travail tout en douceur préservant le dos du jardinier (ou de la jardinière). Il suffit de planter l’outil simplement avec le poids du corps, en appuyant sur les manches et en pliant les genoux sans se baisser. Travaillez toujours à reculant pour ne pas piétiner la terre que vous venez tout juste d’ameublir. La grelinette soulève le sol sur une trentaine de centimètres et l’air pénètre le sol compact. Les micro-organismes à la surface du sol ne sont pas enfouis et asphyxiés. Un mouvement de rotation achève d’ameublir et de préparer votre planche du potager.
Mais, une grelinette demande un certain investissement financier. Il est possible d’utiliser une simple fourche-bêche de la même manière en enfouissant l’outil et le basculant vers l’avant.
#2 Comment bien entretenir vos outils ?
Vos outils sont à entretenir et à nettoyer régulièrement. Retirez la terre, essuyez-les avec un chiffon et veillez à les ranger dans un lieu sec et à l’abri des plus jeunes.

 

Mais comment les ranger pendant l’hiver pour qu’ils ne rouillent pas au printemps ?

Une fois lavés à l’eau à l’aide d’une éponge, laissez-les sécher au soleil
Une fois secs, il va falloir enlever les petits points de rouille car, au moment où vous allez bêcher l’année suivante, de la terre restera très certainement collée. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser du papier de verre mais, attention, pas n’importe lequel : il faut qu’il soit très fin car, sinon, vous risquez de rayer votre outil. Profitez-en pour nettoyer votre manche en y retirant les échardes
Pour empêcher la rouille de revenir cet hiver, utilisez de l’huile de lin, de l’huile de colza ou d’arachide
Pour le sécateur, il existe une astuce pour que le ressort soit toujours opérationnel : stockez votre sécateur la lame ouverte mais, attention, si la lame est ouverte, il est plus dangereux à l’utilisation. Mettez donc votre sécateur hors de portée des enfants.

#3 Respectez le sol

Préparer sa terre est une étape importante pour ceux qui ont décidé de semer des fleurs ou des légumes. Les racines des plantes doivent pouvoir se développer aisément dans le sol.
Même si tous ces outils trouveront aisément leur place dans votre cabane à jardin, pensez tout de même à les utiliser à bon escientLes organismes dans le sol sont très nombreux (et toutes les espèces ne sont pas connues). Ils nous intéressent par les fonctions qu’ils impactent dans le sol et par les services qu’ils peuvent rendre vis à vis de l’agriculteur et de l’environnement :

une fonction de recyclage des éléments minéraux : les plus petits d’entre eux (champignons et micro organismes) assurent ce recyclage par une décomposition des fragments les plus fins
une fonction de transformation des résidus organiques
la maintenance de la structure du sol
la régulation de population

Les perturbations amenées par le travail du sol vont modifier les habitats et la localisation des sources alimentaires de ces organismes. Les modifications vont agir sur différentes composantes de ces derniers :

sur leur abondance
sur leur diversité
sur leur activité

L’exemple le plus étudié actuellement par les chercheurs est le ver de terre : on observe que la simplification du travail du sol et le non labour permettent globalement d’augmenter la biomasse et l’abondance des vers de terre.
De plus, on a pu montrer très récemment que l’absence de travail du sol va impacter la diversité au sein des bactéries et des champignons.

Alors, selon vous, faut-il travailler le sol ? N’hésitez pas à partager votre avis en commentaire !

Reçois 4 ebooks GRATUITEMENT !

3 reflexions sur “7 outils indispensables au potager pour bien s’équiper

  1. John

    Bonjour,

    Perso, j’ai récupéré un jardin familiale pour y planter mon potager en mars… Et tout le monde me disait “Tu as mal choisi ton terrain”, “C’est un marécage”… Et blabla et blabla.

    J’ai greliné tout le terrain, j’ai émietté la terre, et tout le monde me disait “Passes le motoculteur”, et blabla et blabla.

    Aujourd’hui… Et bien j’ai un terrain contrairement aux autres couvert. Une terre friable, bourrée de vers de terre à peine 3 mois après.

    Les autres ils ont passé le motoculteur et laissé le sol nu. Donc la vie microbienne est détruite, les vers de terre nos chers amis broyés et le sol sec et compacté à un tel point que lorsqu’ils veulent planter et bien ils doivent repasser un coup de motoculteur.

    Moi, j’écarte la paille que j’ai mis au sol et je plante.

    Perso, j’ai mis du fumier de cheval et des algues brunes sur mon terrain avant de le pailler et des poils de chiens récupérés chez un toiletteur. On m’a dit “Qu’est ce que vous faites ?” avec des yeux bizarres. Et moi “J’ajoute des fibres dans ce sol argileux”.

    Résultat un sol friable, vivant et ou l’on peut planter sans se bousiller le dos.

    Le respect de la terre passe par le respect de ses habitants et la terre nous le rendra. Car c’est elle qui nous a engendré car sans elle nous ne serions pas là.

    1. Julia Auteur de l'article

      Bonjour John,

      Merci pour votre témoignage très intéressant et que je partage entièrement ! Parfois, ce n’est pas en se donnant de plus en plus de travail que les résultats seront plus concluants. Le potager, c’est aussi de la réflexion, comprendre et observer son environnement 🙂 Cette année, c’est aussi travail du sol au minimum et paillage systématique !

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge